Intervenants

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Michèle Bergadaà

De nationalité canadienne, française et bientôt suisse, Michèle Bergadaà a obtenu un MBA, puis un Ph.D. à Montréal. D’abord recrutée comme professeur par l’ESSEC (France) où elle a exercé durant douze années, elle est depuis 1997 professeur de marketing et communication à l’Université de Genève. Michelle Bergadaà poursuit une carrière active de chercheur et a publié une centaine d’articles dans des revues et des conférences scientifiques, ainsi qu’une dizaine de livres. Ses travaux fondamentaux portent depuis 30 ans sur l’organisation temporelle. Ses travaux conceptuels traitent de l’éthique, de la proximité, de l’identité et de la e-communication. Intriguée de constater que le Web révolutionnait le savoir et le caractère exponentiel du plagiat universitaire, elle a créé, en 2004, le site collaboratif « Responsable » lequel compte aujourd’hui plus de 19’000 abonnés de 117 établissements d’enseignement supérieur implantés dans 17 pays. Elle a mis en oeuvre une recherche-action internationale consacrée au plagiat universitaire via Internet.


Jean-Michel Besnier

Jean-Michel Besnier est professeur de philosophie à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV) et chercheur au Centre de recherches en épistémologie appliquée (CREA, UMR CNRS et Ecole Polytechnique). Membre du comité d’éthique du CNRS (jusqu’en juin 2011), il siège au conseil scientifique de l’IHEST et au conseil d’administration de Universcience. Il a été directeur scientifique du secteur Sciences et Société du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (jusqu’en avril 2011). Il dirige la collection Mélétè aux éditions Le Pommier. Ses recherches actuelles portent essentiellement sur l’impact philosophique et éthique des sciences et des techniques sur les représentations et les imaginaires individuels et collectifs.

Parmi ses récentes publications :

  • BESNIER J.-M. Demain les posthumains. Le futur a-t-il encore besoin de nous ?, Fayard, 2010
  • BESNIER J.-M, KLEIN E., WISMANN H. & LE GUYADER H. La Science en jeu, Actes Sud-IHEST 2011
  • BESNIER J.-M. Les théories de la connaissance, PUF, Coll. Que sais-je ?, 2011
  • HIRSCH E., BESNIER J.-M. & THERY J.-F. Ethique et recherche : Un dialogue à construire, ed. Quae, coll. Sciences en question, 2011

Philippe Billet

Philippe Billet est Professeur agrégé de droit public à la Faculté de droit de l’Université Jean Moulin – Lyon 3 où il y dirige l’Institut de droit de l’environnement (U. Lyon 3 – EDPL EA 666).  Il est également président de la Société française pour le droit de l’environnement et membre de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, où il représente France Nature Environnement.  Il travaille depuis une vingtaine d’années sur les questions de droit de l’environnement et plus particulièrement sur le droit des risques naturels et technologiques, le droit de l’eau, des déchets, du sol et du sous-sol, ainsi que sur la protection des écosystèmes.  Il est notamment membre du Comité scientifique du programme GESSOL (Gestion du patrimoine Sol) (ADEME-MEDDE) et Directeur scientifique du projet de recherche Normasol  (Recherches sur la protection juridique des fonctions et services du sol – programme Gessol 3), directeur scientifique du projet de recherche Semipar (Secret militaire et participation en matière nucléaire / CDE -MEDDE) et du projet Alterphyto (Approches juridiques des protections alternatives contre les ennemis des cultures – Programme EcoPhyto 2018). Il est co-commentateur et annotateur du Code de l’environnement Dalloz (éditions 2004 à 2012 – 3600 p.) et tient une chronique de droit de l’environnement et de l’urbanisme au JCP Administrations – Collectivités territoriales (JCPA) dont il est co-directeur scientifique, ainsi qu’une chronique mensuelle (Focus, droit des déchets et fiscalité de l’environnement) à la Revue Environnement et développement durable (EDD) dont il est membre du comité scientifique.


Jean-Pierre Bourguignon

Jean Pierre Bourguignon, mathématicien, est directeur de recherche au CNRS. Il dirige l’Institut des Hautes Études Scientifiques depuis 1994.
Ingénieur de l’École Polytechnique (promotion 1966), il est docteur d’État ès sciences mathématiques de l’Université Paris VII depuis 1974. Ses spécialités sont la géométrie différentielle, l’analyse globale et l’étude de l’interface entre mathématiques et physique théorique.
Il a reçu le prix Paul Langevin de l’Académie des Sciences de Paris en 1987, et le prix du Rayonnement Français pour les Sciences Mathématiques et Physiques en 1997. Il est membre de l’Academia Europaea depuis 1996 et correspondant étranger de l’Académie Royale des Sciences espagnole en 2001, membre honoraire de la London Mathematical Society en 2005, docteur honoris causa de l’Université Keio au Japon en 2008 et de l’Université Nankai en Chine en 2011.
Il est membre des conseils scientifiques et d’administration de plusieurs institutions étrangères et internationales. Il est aussi membre du Conseil d’administration de l’Institut Pasteur depuis 2011 et du Conseil scientifique de l’IHEST depuis sa création. Il a été membre du Comité d’Éthique du CNRS de 1999 à 2011, comité qu’il a présidé de 2007 à 2011.

Parmi ses récentes publications :

  • BOUGUIGNON J.-P. A Basis for a New Relationship between Mathematics and Society, in ENGQUIST B. & SCHMIDT W. Mathematics Unlimited – 2001 and Beyond, pp. 171-188, Springer, 2000
  • BOURGUIGNON J.-P. The Unabated Vitality of Kâhlerian Geometry, in KAHLER E. Mathematisch Werke = Mathematicsal works, pp. 737–766, de Gruyter W. NY, 2003
  • BOUGUIGNON J.-P. Ricci Curvature and Measures, Japanese Jounal of Mathematics, N°4 The 5th Takagi Lectures, pp. 27-45, 2009

Estelle Brosset

Estelle Brosset est maître de conférences habilitée à diriger les recherches, membre du Centre d’études et de recherches internationales et communautaires de l’université Aix Marseille, spécialiste des questions de droit européen de la santé et titulaire d’une Chaire Jean Monnet de la Commission européenne sur le sujet. Elle enseigne le droit européen, le droit européen de l’environnement et de la santé et le droit des biotechnologies à l’université Aix-Marseille et a animé plusieurs ateliers dans le cadre de programmes européens sur le droit européen de la bioéthique. Auteur d’une monographie sur les biotechnologies et le droit, elle a coordonné plusieurs ouvrages collectifs sur le thème du droit du vivant, droit de la bioéthique et droit européen et international et de nombreux articles en la matière dans des revues internationales et des ouvrages collectifs à comité de lecture (français, anglais, portugais).

.
.


Marie-Françoise Chevallier-Le Guyader

Marie-Françoise Chevallier-Le Guyader dirige l’Institut des hautes études pour la science et la technologie (IHEST) depuis sa création en 2007. Elle a été auparavant en charge de la culture et de l’information scientifique et technique au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, d’où elle a préfiguré l’IHEST et assuré de nombreuses missions relatives aux musées et centres de sciences en régions, à la culture technique avec la création d’une fondation avec des entreprises, à l’édition numérique. Agrégée de sciences naturelles et docteur en neurophysiologie, elle a été, dans une première étape de sa carrière, chercheur, enseignante à l’Ecole normale supérieur de Fontenay-aux-Roses, aujourd’hui de Lyon, puis dans le secondaire et chercheur invité à l’Institut Nencki de Varsovie en Pologne. Elle a conduit en parallèle une activité de journaliste scientifique dans la presse spécialisée et généraliste, pour des journaux comme Le Monde, Sciences et Avenir, Biofutur… Elle a ensuite intégré le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) pour y développer la communication sur la biologie. Elle a ensuite été directrice de l’information scientifique et de la communication de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) puis de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). Ces responsabilités l’ont conduite à développer de nombreux projets dans les domaines de l’information spécialisée, des réseaux et des bibliothèques en particulier numériques, de l’édition, de l’enseignement et de la communication vers la presse, comme vers tous les partenaires du développement de la recherche dans ces différents secteurs : professionnels, associatifs,  à l’international.


Bertrand Collomb

Bertrand Collomb, chef d’entreprises français, entre à l’École polytechnique en 1960, puis à l’École des mines de Paris (1967) ; il obtient sa licence en droit (1969), puis fait un PhD de management à l’université du Texas de Austin (1972). En 1967, Bertrand Collomb débute sa carrière comme ingénieur au corps des mines au service régional Lorraine du ministère de l’Industrie (1967-1970). Il devient ensuite conseiller technique dans les cabinets ministériels des Réformes administratives de 1973 à 1974, puis du ministre des Affaires culturelles et de l’Environnement en 1974 et du ministre de l’Éducation nationale une année plus tard. En 1975, Bertrand Collomb entre chez Lafarge, il accède très vite aux postes de président d’Orsan, filiale biotechnologique du groupe, en 1983, puis responsable des activités américaines et nord-américaines du groupe, entre 1983 et 1989. Il a été président-directeur général de Lafarge de 1989 à 2003, puis président du conseil d’administration de 2003 à 2007, il en est président d’honneur. Bertrand Collomb a assuré la présidence de l’Institut de l’entreprise, association qui réunit 150 grandes entreprises dans le but d’améliorer la compétitivité (1996-2001), de l’Agence française des entreprises privées (AFEP 2002-2007) et de l’Institut français des relations internationales (IFRI, 2004-2011) Bertrand Collomb est administrateur de plusieurs sociétés (Dupont (USA), ATCO Ltd (Canada), Total …etc.) et vice-président de l’Académie des sciences morales et politiques. Il a été nommé président du conseil d’administration de l’Institut des hautes études pour la science et la technologie, le 15 mai 2007, renouvelé le 10 mai 2010.


Claude Debru

Claude Debru est philosophe, historien des sciences. Il dirige le Département de Philosophie de l’Ecole Normale Supérieure. Ancien élève de l’Ecole normale supérieure, agrégé de philosophie, Claude Debru a publié de nombreux articles et ouvrages parmi lesquels : Analyse et Représentation. De la méthodologie à la théorie de l’espace: Kant et Lambert. Paris, Librairie philosophique Vrin, 1977 ; L’Esprit des Protéines, Histoire et Philosophie Biochimiques. Paris, Hermann, 1983 ; Philosophie Moléculaire: Monod, Wyman, Changeux. Paris, Vrin, 1987 ; Neurophilosophie du rêve, Paris, Hermann (collection Savoir/Science), 1990 ; Philosophie de l’Inconnu. Le Vivant et la Recherche, Paris, PUF, 1998 ; Le possible et les biotechnologies. Essai de philosophie dans les sciences, avec la collaboration de Pascal Nouvel, Paris, PUF, 2003 ; Georges Canguilhem. Science et nonscience, Paris, Editions rue d’Ulm, Presses de l’Ecole Normale Supérieure, 2004.

.
.


Mireille Delmas-Marty

Mireille Delmas-Marty est membre de l’Institut et professeur honoraire au Collège de France (Chaire d’études juridiques comparatives et internationalisation du droit). D’abord spécialisée en droit pénal, elle a infléchi sa réflexion vers l’analyse du « droit des droits de l’homme ». Ses travaux sur le droit comparé l’ont ensuite amenée à élaborer le concept de « droit commun » à l’échelle européenne, puis mondiale. Partant d’une réflexion théorique sur les différents systèmes de droit actuels, elle propose une démarche pragmatique, permettant l’instauration progressive d’un droit qui préserve une certaine diversité des traditions juridiques nationales. Elle a publié de nombreux ouvrages sur le droit pénal, le droit des droits de l’homme et la mondialisation.

.
.


Rafael Encinas de Munagorri

Rafael Encinas de Munagorri est professeur de droit privé et de sciences criminelles à l’université de Nantes où il dirige le programme Expres (Expertise, preuve et responsabilité) au sein du laboratoire Droit et changement social. Il a été chercheur invité au département d’histoire des sciences de l’université de Harvard et membre de l’Institut universitaire de France. Il est notamment l’auteur d’une introduction générale au droit et a dirigé un ouvrage collectif sur l’expertise et la gouvernance du changement climatique.  Depuis 2012, il est directeur du Groupement de recherche (GDR) CNRS Réseau droit sciences et techniques.

.
.
.
.


Eric Gaffet

Eric Gaffet, docteur en chimie des matériaux (Paris VI), ingénieur de l’ENSCP, est directeur de recherche au CNRS, Directeur Adjoint de l’Institut Jean Lamour.

Il est particulièrement impliqué dans l’évaluation des risques liés aux nanoparticules et nanomatériaux pour un développement maîtrisé et sécurisé de leur utilisation. A ce titre, il participe à de nombreux groupes d’experts dans diverses agences et commissions comme le HSCP, l’AFNOR, ANSES (AFSSA et AFSSET), l’AFSSAPS, l’ANR, le SCENIHR. Il préside notamment du Groupe de Travail pérenne / ANSES « Nanomatériaux et Santé : Alimentation, Environnement et Travail » ainsi que le Community of Practice « Physical – Chemical Characterization of Nanomaterials » / Working Party on Manufactured Nanomaterials (OCDE).

Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages.

.
.


Patrick Gaudray

Patrick Gaudray est directeur de Recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Chercheur en génétique, sa carrière a commencé par une thèse d’état en virologie moléculaire à Nice. L’étude d’altérations génétiques de cellules cancéreuses (Salk Institute, San Diego, Californie), l’a conduit à rechercher des marqueurs moléculaires de progression tumorale dans les cancers de la vessie et du sein. Il a participé à la cartographie du génome humain (projet HUGO), puis à la caractérisation fonctionnelle d’un gène dont les altérations prédisposent à un cancer familial, la néoplasie endocrinienne multiple de type 1 (MEN1). Directeur de onze thèses de doctorat, et rapporteur de dix-sept, il est auteur ou co-auteur d’environ 100 publications scientifiques, (>3400 citations ISI, H-index = 30), et a été invité à donner plus 75 conférences en France et dans quatorze pays étrangers. Ancien Directeur Scientifique Adjoint des sciences de la vie du CNRS (génétique, génomique, biologie du développement, et cancer) de 2001 à 2006, et ancien président du conseil scientifique des Conférences Jacques Monod du CNRS de 2008 à 2011, il est aujourd’hui conseiller scientifique de l’Institut des Hautes Etudes pour la Science et la Technologie (IHEST), membre du Comité Ethique et Cancer de la Ligue Nationale Française Contre le Cancer, et, depuis 2008, membre du Comité Consultatif National d’Ethique pour les sciences de la vie et de la santé (CCNE), où il préside la section technique.


Mathias Girel

Mathias Girel est maître de conférences au département de philosophie de l’Ecole normale supérieure (Ulm). Il mène des travaux sur le courant pragmatiste en philosophie et ses apports pour la réflexion épistémologique. Ses publications portent sur la notion de croyance, la philosophie de la psychologie et la théorie de l’action. Il a récemment traduit, en collaboration, Philosophie des salles obscures de Stanley Cavell (Flammarion, 2011) et prépare les Textes clés du Pragmatisme pour les éditions Vrin, à paraître en 2012
.
.
.
.
.


Richard Gold

Dr. Richard Gold is a James MGill Professor at McGill University’s Faculty of Law where he was the founding Director of the Centre for Intellectual Property Policy. He teaches in the area of intellectual property and innovation. His research centers on the nexus between innovation, development and commerce, particularly with respect to biotechnology. Professor Gold has provided advice to the Organisation for Economic Cooperation and Development (where he was the lead author of the OECD Guidelines on the Licensing of Genetic Inventions and a report on Collaborative Mechanisms in Life Science Intellectual Property), the World Health Organization, the World Intellectual Property Organization and UNITAID. He was a Jean Monnet Fellow at the European University Institute. His research has been published in high-impact journals in science, law, philosophy, international relations including Nature Biotechnology, The Lancet, PLoS Medicine, the McGill Law Journal, Public Affairs Quarterly and the European Journal for International Relations.

Le Professeur Richard Gold, titulaire d’une chaire James McGill, enseigne dans les domaines de la propriété intellectuelle et de l’innovation à la Faculté de droit de l’Université McGill, où il a par ailleurs été parmi les fondateurs du Centre des politiques en propriété intellectuelle. Ses travaux de recherche se concentrent sur les liens entre innovation, développement et commerce, notamment dans le domaine des biotechnologies. Le Professeur Gold a conseillé l’OCDE (relatives aux licences sur les inventions génétiques et  du rapport sur les mécanismes collaboratifs de la propriété intellectuelle dans le domaine des sciences de la vie), l’Organisation mondiale de la santé, l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et UNITAID. Il fut un Jean Monnet fellow à l’Institut Universitaire Européen. Ses travaux ont été publiés dans d’importantes revues dans le domaine des sciences, du droit, de la philosophie et des relations internationales telles que Nature Biotechnology, The Lancet, PLoS Medicine, la revue de droit de McGill, Public Affairs Quarterly et le European Journal for International Relations.


Christian Huglo

Associé–gérant depuis mai 1995, docteur en droit, Christian Huglo a fondé le cabinet qui porte son nom en 1969, après un passage à la Commission Européenne des Droits de l’Homme à Strasbourg. Membre du Barreau de Paris, il est spécialiste des procédures contentieuses, notamment dans les affaires internationales de pollution et d’environnement. Spécialiste en droit de l’environnement et en droit public, il a enseigné en Diplôme d’études approfondies (D.E.A.) à l’université de Paris I et Paris II et à l’Institut d’études économiques et juridiques appliquées à la construction et à l’habitation (ICH) du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) et assure de nombreuses formations de dirigeants. Il a également été consultant auprès de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), du ministère de l’Environnement et de l’Union Européenne. Christian Huglo a été co-directeur du Juris-Classeur Environnement en 1992. Il est le co-auteur du Code de l’environnement commenté et annoté, éditions Litec 2012 et co-directeur de la revue Environnement et a publié de très nombreux articles de doctrine.

.
.



Ryuichi Ida

Ryuichi Ida est professeur émérite de droit international à l’Université de Kyoto et professeur distingué associé à l’Université de Doshiha. Diplômé d’un Master of Law (LL. M.) de l’Université de Kyoto et d’un diplôme d’études approfondies (DEA) de l’université Panthéon-Assas, il débute sa carrière comme assistant à l’Université de Kyoto en 1976. Il devient ensuite Professeur adjoint à l’Université d’Okayama en 1979 avant de réintégrer l’Université de Kyoto d’abord en tant que professeur adjoint puis professeur titulaire en 1986. Ryuichi Ida est directeur d’études puis professeur à l’Académie de droit de la Haye en 2000. Il devient membre (1996) puis président du Comité d’éthique de l’Unesco de 1998 à 2002. Il est Conseiller scientifique au ministère de l’Education de 2000 à 2006 et membre du Science Council of Japan de 2005 à 2008. Ryuichi Ida est président de l’Association japonaise pour le droit mondial depuis 2011, membre du Panel d’experts en bioéthique du Japanese Council of Science and Technology Policy (CSTP) et président du Comité d’échange international de la Japan Association for Bioethics.


Julian Kinderlerer

Julian Kinderlerer is a biochemist (Ph.D. in biochemistry, Cambridge) who has moved from research interests in theoretical aspects of enzymology and enzyme kinetics to looking at law, ethics, risk assessment and risk analysis in biotechnology.His interests in the safety of modern biotechnology led to a wider interest in legal issues and new technologies.
He is currently President of the European Group on Ethics in Science and New Technologies (EGE) that reports to the European Commission, Council and Parliament on ethical issues. He is also a member of the South African Nanotechnology Ethics committee.
Prior to joining the University of Cape Town as a Professor of Intellectual Property Law, he was the Director of the Sheffield Institute of Biotechnology Law and Ethics in the UK, where he taught Biotechnology Law.
Julian Kinderlerer is regularly invited to international conferences and he works as a consultant for governments and international organisations in areas and projects involving law and sciences.


Etienne Klein

Etienne Klein est titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’Ecole centrale de Paris, d’un DEA de physique théorique, d’un doctorat de philosophie des sciences et d’une habilitation à diriger des recherches. Il est, depuis septembre 2006, directeur du laboratoire de recherche sur les sciences de la matière du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives. Il est également professeur à l’École centrale de Paris.

Parmi ses récentes publications :

  • KLEIN E. Le facteur temps ne sonne jamais deux fois, Flammarion, Coll. Champs sciences, 2009
  • KLEIN E. Discours sur l’origine de l’univers, Flammarion, 2010
  • KLEIN E. L’atome au pied du mur et autres nouvelles, ed. le Pommier, 2010
  • KLEIN E. Le Small bang. Des nanotechnologies, Odile Jacob, Coll. Penser la société, 2011

Stéphanie Lacour

Stéphanie Lacour est chargée de recherche Centre national de recherche scientifique (CNRS) au Centre d’études sur la coopération juridique internationale (CECOJI, unité mixte de recherche CNRS/Université de Poitiers) et responsable de l’équipe « Normativités et nouvelles technologies » de son laboratoire. Elle s’est spécialisée dans le droit applicable aux sciences et aux technologies émergentes, spécialement aux nanotechnologies et technologies de l’information et de la communication. Travaillant en collaboration avec des informaticiens, physiciens, chimistes, biologistes, etc., elle développe ses recherches de manière interdisciplinaire afin d’évaluer la pertinence du droit à l’égard des développements les plus récents de la science et des technologies. Elle est par ailleurs membre du comité de pilotage du réseau « Droit, sciences et techniques », groupement de recherche CNRS qui vise à diffuser les connaissances juridiques disponibles.

.
.


Dionysia Lagiou

Entrée dans la fonction publique européenne en 1982, Dionysia Lagiou est actuellement Administrateur Principal à la Commission Européenne, Direction Générale ‘Recherche’, affectée depuis 2004 à la mise au point et à la gestion scientifiques des programmes Science et Société et Science dans la Société. Ces programmes constituent un point focal au sein de l’Unité « Ethique et Genre » pour l’engagement public et citoyen dans la recherche, via des Plans d’Action de Mobilisation et Apprentissage Mutuel (Mobilisation and Mutual Learning Action Plans-MML), plateformes de collaboration interdisciplinaire entre tous les acteurs des processus de recherche et innovation – chercheurs, décideurs, société civile, industrie – sur des sujets relatifs aux grands défis sociétaux faisant l’objet de la stratégie Europe 2020 et du prochain programme-cadre Horizon 2020. Elle participe également à la réflexion de l’équipe « Ethique et Genre » sur la Recherche et Innovation Responsable, les aspects normatifs des technologies et l’interaction sciences-droit-démocratie.
Dionysia Lagiou est juriste de formation, spécialisée en droit public.

.
.


Hervé Le Guyader

Hervé Le Guyader est biologiste, titulaire d’un doctorat d’Etat. Professeur de biologie évolutive à l’université Pierre-et-Marie-Curie (Paris VI), il dirige le laboratoire « Systématique, Adaptation, Évolution » (UMR 7138) et l’école doctorale Diversité du vivant. Il a dirigé l’expédition Santo 2006, grande mission internationale d’étude de la biodiversité à Vanuatu.
Hervé Le Guyader est co-président du comité de pilotage « biodiversité » Iter
Il a été de 1982 à 1986, chercheur au Centre d’études nucléaires de Saclay, de 1986 à 1991 chargé de recherche au CNRS, professeur à l’université Paris XI de 1991 à 2000, responsable en 1995 du DEA « Biodiversité : génétique, histoire, mécanismes de l’évolution ». Il a été le président de la Commission scientifique et technique (CST) de l’Action concertée coordonnée sciences de la Vie n° 7 (ACC-SV7) « Systématique et biodiversité » et membre du conseil scientifique du Genoscope. Il est membre fondateur de la Société française de systématique et de la Société d’histoire et d’épistémologie des sciences de la vie. Il a été membre du comité d’éthique de l’INRA et de l’Ifremer jusqu’en 2007.
Hervé Le Guyader a publié de nombreux articles dans des revues spécialisées nationales et internationales. Il publie également régulièrement des articles dans des mensuels comme Pour la science.

Bibliographie

  • Le Guyader H. (sous la dir. de), L’Evolution, Belin, « Bibliothèque pour la science », 1998.
  • Lecointre G. & Le Guyader H., Classification phylogénétique du vivant, Belin, 2001 ; troisième édition 2006 (traduction italienne, Zanichelli, 2003 ; traduction allemande, Springer, 2005 ; traduction américaine, Harvard University Press, 2006) ;
  • Le Guyader H., Etienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844), Un naturaliste visionnaire, Belin, 1998 (traduction anglaise, University of Chicago Press, 2004) ;
  • Le Guyader H., Qu’est-ce qu’un gène ? Une petite histoire du concept dans Le Courrier de l’environnement de l’INRA, n°44, octobre 2001 pp53-63 ;
  • Le Guyader H., Doit-on abandonner le concept d’espèce? dans Le Courrier de l’Environnement de l’INRA n°46, juin 2002, pp.51-64.

Thomas Lemberger

Thomas Lemberger completed his PhD at the University of Lausanne, where he studied hormonal regulation of gene expression by nuclear receptors. He then moved to Heidelberg where his research focused on the regulation of transcription in the brain. He joined EMBO in 2005 and is Chief Editor of Molecular Systems Biology and Deputy Head of Scientific Publications.

.
.
.
.


Yves Lucchesi

Yves Lucchesi, Sous-Préfet d’Aix-en-Provence depuis le 21 septembre 2009. Né en 1949 à Bastia (Haute Corse), il est titulaire d’un DES de droit privé de Paris 2 et diplômé de l’Institut d’études juridiques de Paris 1. Il a débuté sa carrière en tant qu’attaché d’administration centrale en 1974, au ministère de la justice puis au ministère de l’Intérieur en 1980. En 1982 il est nommé directeur de cabinet du commissaire de la République de Haute-Saône puis en 1984 sous-préfet de l’arrondissement de Louhans, en 1986 de Blaye et en 1989 de Chinon. En 1990 il est chef de bureau des affaires immobilières à la DPAFI, en 1992 sous-préfet d’Apt, en 1996 secrétaire général de la préfecture de Venclée, puis il est sous-préfet de Rambouillet en 2002 jusqu’en 2006 où il est nommé Secrétaire général de la préfecture de la Somme.



Erica Palmerini

Erica Palmerini is Associate Professor of Private Law at the Scuola Superiore Sant’Anna of Pisa and currently scientific coordinator of the RoboLaw project, funded in the Seventh Framework Program (Grant Agreement n. 289092). Previously she has carried a two-years research project on “Genetic identity and disabilities: the protection against discrimination in civil law”, funded by the Italian Ministero dell’Università e della Ricerca Scientifica (2007-2009). Her main research interests are in the fields of biolaw, tort law, medical law. Author of a monograph (Informazione genetica e tutela della persona. Implicazioni giuridiche delle analisi genetiche, Pisa, 2004), and of several articles, notes and commentaries, she has contributed to several collective publications on bioethics, tort law, family law and privacy.


Marc Soulas

Marc Soulas est officier de gendarmerie, chef de la Division criminalistique « ingénierie & numérique » à l’Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN). A ce titre, il est responsable d’un service qui réalise des examens scientifiques et des expertises judiciaires au profit d’officiers de police judiciaire et de magistrats, notamment dans des domaines liés aux technologies numériques. Au cours de sa carrière en gendarmerie, il a exercé des responsabilités variées, que ce soit en matière d’expertise judiciaire, ou de sécurité publique générale et de police judiciaire dans des échelons territoriaux. Avant de rejoindre la gendarmerie nationale en 1995, Marc Soulas était chef de projet chez Schneider Electric. Ancien auditeur de l’IHEST, il est titulaire d’un diplôme d’ingénieur en génie électrique de l’Institut national des sciences appliquées (INSA) de Lyon et d’un Diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) d’informatique de l’université d’Evry.

.
.


Patrick Terroir

Patrick Terroir est Directeur Général Délégué de CDC Propriété Intellectuelle. Ancien élève de l’ENA (promotion1976) il a commencé sa carrière au Ministère chargé de la Sécurité Sociale. En 1981, il est nommé à la Direction du Trésor du Ministère des Finances, comme chef de bureau au Service des Affaires Financières Internationales, puis en 1986, il devient chef du bureau des financements et participations en charge des secteurs pétrole, sidérurgie, chimie et matériaux. En juillet 1988, il est nommé directeur adjoint au cabinet du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Il rejoint, en juin 1989, la Caisse des Dépôts comme directeur du département du financement du logement à la direction des fonds d’épargne. En juin 1995, il devient directeur du service des professions juridiques et réseau du Trésor public au sein de la direction des activités bancaires et financières de la Caisse des Dépôts. Il est nommé Directeur adjoint en septembre 1999, et prend le poste de Directeur régional pour Paris-Ile de France en avril 2000. En 2003, il est nommé conseiller du comité exécutif de la Caisse des Dépôts, et assure parallèlement la présidence de l’Agence de développement du Val de Marne. De 2006 à 2009, Patrick Terroir est Délégué aux pôles de compétitivité et à l’innovation. Il est nommé en septembre 2010 Directeur Général Délégué de CDC Propriété Intellectuelle, la filiale de la CDC, pour développer les infrastructures de l’économie de la propriété intellectuelle. Il enseigne comme maître de conférences à Sciences Po en Paris, en politique économique, et en économie de la propriété intellectuelle.


Dominique Vinck

Dominique Vinck, professeur ordinaire d’Etudes sociales des sciences et des techniques à la Faculté des Sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne ; une part de ces enseignements se font dans le cadre de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. Il est, par ailleurs, chercheur associé au laboratoire PACTE de Grenoble (CNRS, IEP, UPMF, IJF). Jusque 2011, il enseignait à l’Université Pierre Mendès France et à l’Institut National Polytechnique de Grenoble.
Sa carrière est marquée par un fort investissement visant à articuler les sciences sociales et les « sciences dures » par l’étude des dynamiques scientifiques et de l’innovation : ethnographie de l’activité de conception, sociologie de l’innovation à l’hôpital, ethnographie de laboratoires de nanosciences et nanotechnologies, analyse des interconnexions entre groupes de recherche du Nord et du Sud. Venu renforcer le pôle lausannois des études sociales des sciences et des techniques, il s’intéresse aux pratiques de recherche et d’ingénierie. Il développe un pôle de recherche dans le domaine des humanités digitales réunissant chercheurs en sciences humaines et sociales et en informatique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :